Vous êtes ici : Acel Genesys » Glossaire des définitions » Protection du travailleur isolé PTI DATI

Protection du travailleur isolé PTI DATI

Protection du travailleur isolé pti datiProtection du travailleur isolé

Un PTI (protection du travailleur isolé) ou DATI (dispositif d’alarme pour travailleur isolé) est un dispositif utilisé par un (ou plusieurs) travailleurs « hors de vue et hors d’ouïe » d’autres travailleurs (exemples : dans un environnement dangereux, pour des veilleurs de nuitetc.). Il s’agit d’un appareil permettant d’alerter les secours en cas de problème. L’appel peut-être déclenché de façon volontaire et/ou automatiquement, en cas de perte de verticalité du travailleur par exemple.

Introduction

Le titre « protection du travailleur isolé » est une mauvaise formulation car aucun des dispositifs évoqués ci-dessous ne « protège » le travailleur isolé. En réalité, il faut parler de DATI (dispositif d’alarme pour travailleur isolé). À propos de situations de travail dangereux et isolé, il ne faut pas penser uniquement prévention secondaire (détection d’un problème se posant au travailleur isolé), mais d’abord prévention primaire (réduction des risques présents dans la situation) et également prévention tertiaire (intervention de secours efficaces). Pour bien comprendre la priorité de la prévention primaire (alors un DATI ne sera peut-être pas nécessaire) ou au contraire l’importance de la prévention tertiaire (sinon un DATI ne sert à rien), il faut absolument analyser la situation de travail isolé selon la recommandation CNAM n° R416 Travail isolé et dangereux1.

Type d’alarme

Deux grands types d’alarmes existent, les alarmes déclenchées volontairement et les alarmes automatiques.

Les alarmes volontaires possèdent un bouton-poussoir permettant de déclencher une alarme si le travailleur le juge nécessaire. Certains systèmes possèdent une boucle d’arrachement (par exemple jack ou fusible) ayant le même effet qu’un bouton poussoir ; ce système est surtout utilisé dans les milieux médical, carcéral, ou psychiatrique.

Les alarmes automatiques sont au nombre de quatre :

  • La perte de verticalité, qui se déclenche quand le PTI est penché de plus d’un certain angle pendant un certain temps.
  • Les alarmes de « sécurité positive », qui se déclenchent lorsqu’un dysfonctionnement est détecté, batterie faible ou vide, ou perte de liaison avec le réseau pendant un temps t. Ce type d’alarme sous-entend un contrôle permanent de la liaison avec le PTI.
  • L’interrupteur de l’homme mort (« dead man switch » en anglais) : au lieu de déclencher une action sur un événement, c’est l’absence d’événement qui déclenche l’action (exemple : système de veille automatique dans le domaine ferroviaire).

SRC : Wikipédia

Ce qu’il faut retenir

Travailler seul multiplie les contraintes de travail et augmente la difficulté de secourir lorsqu’un incident ou un accident survient. Il est nécessaire d’identifier les situations de travail isolé et d’évaluer les risques auxquels les salariés concernés peuvent être exposés. La démarche de prévention suppose d’agir sur l’organisation du travail, ainsi que sur l’information et la formation des travailleurs. Des mesures doivent être également adoptées pour améliorer à la fois le déclenchement et l’organisation des secours.

Dans le cadre de son obligation de sécurité vis-à-vis des salariés, l’employeur se doit d’apprécier les situations de travail isolé et leurs conséquences éventuelles dans le cadre de son évaluation des risques. Il lui appartient de prendre les mesures de prévention et d’organisation des secours à mettre en œuvre.

Les situations de travail isolé sont souvent mal repérées. En effet, l’isolement peut être temporaire ou permanent, choisi ou subi. Travailler de façon isolée, c’est réaliser seul une tâche dans un environnement de travail où l’on ne peut être vu ou entendu directement par d’autres personnes, et où la probabilité de visite est faible.

L’isolement peut être à la fois physique et psychique, mais en cas d’accident, l’absence d’assistance fait qu’il est dans tous les cas un facteur d’aggravation des dommages pour le salarié.
Pour que la prévention des risques soit efficace, elle doit comprendre à la fois :

  • des mesures organisationnelles (diminuer le nombre et la durée des interventions isolées, ne pas laisser un salarié seul à un poste dangereux, améliorer la formation et l’information du personnel concerné…),
  • des mesures portant sur l’environnement direct, le poste de travail et l’équipement (à définir en fonction des situations de travail),
  • et des actions relatives au déclenchement et à la gestion des secours.

Les mesures de prévention mises en place par l’employeur ne doivent en aucune manière se limiter à l’amélioration des capacités d’alarme comme par exemple la mise en œuvre de dispositifs d’alarme pour travailleur isolé ou DATI.
Exemple de situations pour lesquelles il faut être particulièrement vigilant

  • Postes isolés essentiels à la sécurité des autres.
  • Personnels exposés à des risques multiples et souvent difficiles à localiser (entretien, maintenance, rondier…)
  • Nouveaux embauchés et personnels extérieurs qui peuvent manquer d’information ou de formation sur leur environnement de travail ou sur les personnes à contacter en cas de difficultés.
  • Situations de travail isolé ponctuelles (absence momentanée d’un collègue à un poste dangereux, trajets…).

 

Src : INRS

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Étiqueté avec :
, , , , , , .

22 juillet, 2015